Google envisage d’intégrer son propre adblocker dans son navigateur Google Chrome.

contact
01 85 08 38 06
Des effet 3D sur les filtres animés « Lenses » de Snapchat !
20 avril 2017
L’e-mail Marketing, une arme redoutable de la relation client.
5 mai 2017

Google, le géant de la publicité en ligne prévoit de lancer son propre adblocker et de l’intégrer directement à son navigateur Google Chrome, qui représente maintenant un utilisateur sur deux.

Cette décision devrait faire l’objet d’une annonce dans les semaines à venir pour confirmer ou contredire cette annonce, mais il semblerait que cette décision ai été prise suite à l’étude réalisée par Coalition for Better Ads, dont le géant fait partie, qui annonce les formes de publicités les plus tolérées et celles les plus détestées.

Google devrait avec cet adblocker, supprimer les publicités gênantes, ne respectant pas les standards de cette étude, comme les publicités qui prennent plus de 30 % de l’écran, les sticky ads trop grandes, les vidéos en autoplay avec le son, les publicités compte à rebours etc.

Mais cet adblocker natif de Google Chrome a également un autre intérêt, en effet à l’heure actuelle les utilisateurs n’ont d’autres choix que d’installer adblock ou adlblock plus, ce qui supprime l’intégralité des publicités des pages web, faisant naturellement perdre de l’argent à Google. Même si le moteur de recherche verse des millions de dollars par an au bloqueur de publicité pour passer entre les mailles du filet cela ne suffit pas, car avec plus de 100 millions d’utilisateurs de cette solution, la perte de chiffre est énorme. Le but est donc également de laisser les publicités non intrusives pour relancer son économie.

Cet adblock doit donc être vu comme une sorte de police sur son fonctionnement.

Là où les utilisateurs risquent de ne pas être ravis c’est que bien-sûr le géant n’a pas l’intention de supprimer les publicités de ses vidéos Youtube, la plate-forme de vidéo étant l’une des filiales du groupe, les adeptes d’adblock à l’heure actuelle devront donc dire à nouveau bonjour à ces publicités lors de la mise en place de ce projet sur leur navigateur.

Mais ce projet pose un problème au niveau de la commission européenne. Le publicitaire en ligne a déjà fait l’objet de plusieurs enquêtes pour abus de position dominante sur le marché, ici avec son idée d’imposer ses propres standards. Google serait encore plus en position de force sur le marché, il devra donc être vigilant.

Que pensez-vous de cette solution ?

Continuerez-vous d’utiliser Google Chrome après cela ?

Comments are closed.